Top

5 raisons pour ne PAS utiliser son téléphone à la table

On se réveille à ses côtés. On travaille toujours en sa compagnie et on se détend le soir avec lui. Il arrive même qu’on soupe en tête à tête avec notre charmant … téléphone intelligent!

Pensez-y! Il y a 10 ans, cette nouvelle (mauvaise) habitude alimentaire n’existait même pas. Signe d’une révolution technologique à haute vitesse, il n’est plus rare de voir le cellulaire s’inviter nos tables. Pourtant, la règle d’or devrait être la suivante: pas de cellulaire pendant qu’on mange. On interdit le cellulaire à table pour rester connecté au moment présent, à la délicatesse d’un délicieux repas et pour passer du temps de qualité avec nos êtres chers.

Je vous raconte une petite histoire fictive (ou pas!) pour en comprendre tous ses impacts.


Pour éviter les frustrations

Samedi 18h30, 5 amis sont sortis souper au restaurant. Un ding sonore résonne à la table. Tous les yeux se tournent alors vers Paul qui, cellulaire en main, adopte un petit sourire mystérieux. Ses yeux plongent sans attendre vers son écran.

« Mais qu’est-ce qui le fait sourire de la sorte? ». « Qu’y a-t-il de si intéressant? ». « À qui il parle? ». Voilà qu’une légère frustration monte en nous.

●●●

Selon les psychologues, ce sentiment de frustration est tout à fait normal. En fait, une étude a soulevé que 88% des répondants trouvaient généralement que c’était un manquement grave à l’étiquette d’utiliser son téléphone mobile lors d’un souper familial et 62% en ce qui concerne le téléphone au restaurant.

Pour avoir de meilleures interactions humaines

Gina se sent encore plus brimée par la situation, elle qui discutait vivement avec Paul. La conversation se voit sauvagement interrompue par le statut prioritaire dont jouit le cellulaire. Pour Gina, l’envie de poursuivre la discussion s’évapore en un claquement de doigts.

●●●

Une étude a d’ailleurs démontré que lorsqu’une conversation face à face était interrompue par un appel téléphonique, la personne exclue modifiait son comportement, devenant plus vulnérable et inconfortable. Dans une autre étude, la seule présence physique d’un cellulaire lors d’une conversation avait un impact négatif sur le développement de la relation avec cette personne dans les mois qui suivront.

Pour savourer la nourriture à son plein potentiel

Christine a reçu la mission en début de repas de trouver un chalet pour un weekend « en gang ». Prenant cette mission bien au sérieux, elle passe le souper à chercher la perle rare sur Facebook. Tellement absorbée, c’est en relevant les yeux qu’elle aperçoit son assiette vide. La joue de bœuf braisée et le risotto aux chanterelles ont été engloutis… sans considération pour la sauce au vin rouge et la touche de parmesan.

●●●

Lorsqu’on se perd dans les entrailles du virtuel pendant qu’on mange, on est pas « là ». On ne donne aucune chance à notre tête de se délecter des multiples saveurs et textures du mets servi. On n’en profite tout simplement pas.

Pour écouter plus efficacement nos signaux de satiété

Christine réalise au même moment la sensation de trop-plein dans son ventre. Utiliser son téléphone à table l’a distraite au point où elle n’a pas écouté ses signaux de satiété (sensation de rassasiement). La conclusion est claire : elle a mangé au-delà de sa faim!

●●●

En 2007, une étude a soulevé que les enfants qui mangeaient devant la télévision avaient des apports caloriques plus élevés. Même si l’impact du cellulaire à table a encore peu été étudié, il ne serait pas fou de croire qu’il risque de jouer des tours à nos signaux de faim et de satiété!

Pour accorder une pause à nos yeux

Jean a son téléphone bien rangé dans sa poche. Ayant passé la journée à travailler devant son ordinateur et les 2 dernières heures à relaxer devant la télévision, ses yeux sont maintenant fatigués. Il peut maintenant se délivrer de l’emprise que l’écran a sur lui le temps d’un repas entre amis… d’autant plus qu’il sait que dès le retour à la maison, il ira certainement jouer à Fortnight!

●●●

Notons que la fatigue oculaire numérique (aussi appelé syndrome de vision informatique) constitue un problème de santé de plus en plus fréquent. Maux de tête, yeux rouges, vision floue ou dédoublée, irritation des yeux, yeux larmoyants ou trop secs, douleurs aux yeux et clignements excessifs sont tous des effets secondaires d’une explosion prolongée à un écran.

De quoi faire une pause, non?


Rédigé par

Épicurienne de nature, Mélanie Pronovost croit fermement que le secret d’une saine alimentation réside dans le plaisir! Diplômée de l’Université Laval et membre de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec, elle travaille comme nutritionniste en clinique privée. Quand elle n’est  pas en consultation, elle laisse aller son côté créatif via la rédaction.

Mélanie s’intéresse particulièrement à tout ce qui touche l’alimentation intuitive, mais aussi à l’aspect environnemental qu’implique l’action de manger. Et dès que l’occasion se présente, elle sort ses bottes de rando et elle part gravir une montagne ou explorer une nouvelle destination!

Références

Moser C et al. 2016 Technology at the table: Attitudes about mobile phone use at mealtimes. In Proceedings of the 2016 CHI Conference on Human Factors in Computing Systems. ACM: 1881-1892.

Rainie L et al. 2015. Americans’ Views on Mobile Etiquette. Pew Research Center. [En ligne] (page consultée le 3 septembre 2018).

Temple JL et al. 2007. Television watching increases motivated responding for food and energy intake in children. The American Journal of Clinical Nutrition: 85(2); 355-361.

Association canadienne des optométristes. Syndrome de vision informatique (fatigue oculaire numérique). [EN LIGNE]  (page consultée le 3 septembre 2018).

Vous aimerez aussi

Tous les dossiers et tops