Magazine

Quoi manger

Je suis nutritionniste. C’est donc sur une base régulière que les gens me demandent ce qu’ils devraient manger, ce qu’ils devraient bannir de leur alimentation, ou pire encore, combien ça coûte pour se faire faire un plan alimentaire.  Ces questions-là reviennent sur la table à chaque fois que j’enseigne, que je donne une conférence ou quand quelqu’un apprend ce que je fais dans la vie.

À chaque fois, j’ai un petit pincement au coeur. Force est de constater que la désinformation en nutrition a fait des ravages titanesques. On est maintenant perplexe face à tout ce qu’on peut lire sur la nutrition. On a peur. On mange les aliments pour leur fonction plutôt que pour le plaisir.

Et surtout, on ne sait plus quoi manger.


Manger, c’est trop simple

Pourtant, bien manger c’est simple. C’est tellement simple que quand je l’explique, soit qu’on ne me croit pas ou on me dit que c’est impossible que ce soit simple de même. Le charlatan a l’air plus crédible d’affirmer que le lait et le pain ne convient pas aux humains que le nutritionniste qui vous dit de mettre des légumes dans la moitié de son assiette.

Vous voyez le genre.

Tout ça pour vous raconter que dans une autre vie, je faisais de la recherche en nutrition. Dès le début, j’ai vite compris que j’avais intérêt à retrousser mes manches pour être capable de lire et de comprendre une étude scientifique. À la base, les chercheurs écrivent pour les chercheurs. On dirait qu’il y a même une certaine fierté dans le milieu académique à faire paraître ça plus compliqué quand c’est déjà ben ben compliqué. C’est donc dire que pour la majorité d’entre nous, essayer de lire un de leurs articles, c’est comme essayer d’apprendre à lire chinois en 23 minutes.

Aujourd’hui, je suis un ex-chercheur qui a décidé de consacrer sa carrière à communiquer, à enseigner et à vulgariser cette science-là. Et j’ai la ferme conviction qu’il est grand temps qu’on simplifie (vraiment beaucoup!) la nutrition.  Ne me demandez pas la liste des nutriments, des vitamines et des minéraux d’un aliment ou s’il est riche en antioxydants. Encore moins le nombre de calories qu’il contient.

Vous savez quoi? Je ne sais pas ça par coeur. Et bien honnêtement, je m’en fous royalement. À mon avis, ce n’est pas important.

Ça ne devrait pas l’être pour vous non plus.

J’ai plutôt envie qu’on se parle des vraies affaires. Qu’on parle de la synergie que TOUS les aliments qu’on mange ont sur notre santé. Vous trouvez que ça a l’air plus compliqué comme approche? Détrompez-vous, c’est 1000 x plus simple que de s’enfarger les pieds dans les combinaisons alimentaires, les oméga-3, les gras trans, les nutriments, le sucre ou les protéines.

Revenir à la base

Je dis souvent qu’il est temps de revenir à la base quand c’est devenu trop compliqué. Je pense qu’on en est rendu-là collectivement avec la nutrition. Et la première chose que tout le monde devrait savoir, c’est que la réponse à « quoi manger ? » est simple. C’est tellement trop simple que je vais vous résumer « quoi manger » en 5 points – ou 50 mots:

  1. On choisit nos légumes en premier quand vient le temps de manger
  2. La viande et les féculents sont des accompagnements
  3. On arrête de manger dès qu’on se sent rassasié
  4. On bouge plus
  5. On y va molo sur le junk food 

5 petites lignes qui simplifient nos choix dans notre cuisine et à l’épicerie. 5 petites lignes qui nous donnent une longue d’avance dans la prévention de la plupart des maladies chroniques de notre société moderne.

5 petites lignes qui sont le coeur de Science & Fourchette.


Vous aimerez aussi

Barres tendres sans cuisson
Non. Le noyau de l’avocat, ça ne se mange pas
Nos sacs d’épicerie sont remplis de bactéries
Super Bowl: de la nourriture et de la démesure
Toutes les recettes Toute la science