l’approche Science & Fourchette.

Avoir une alimentation saine comporte plusieurs dimensions souvent insoupçonnées.

Au-delà de savoir cuisiner, manger sainement nécessite d’avoir certaines compétences alimentaires pour être en mesure de faire les meilleurs choix. Bien manger, c’est s’outiller pour devenir un mangeur indépendant de l’industrie alimentaire et des produits transformés, qui est capable de se débrouiller dans un environnement alimentaire complexe sans que cela devienne trop compliqué.

L’approche mise de l’avant sur Science & Fourchette vous accompagne dans votre cheminement pour devenir un mangeur indépendant. Elle est basée sur la science et surtout, le gros bon sens. En espérant qu’elle vous aidera à adapter, à votre rythme, votre façon de manger tout en flexibilité et en douceur. Lentement et sûrement.


1. les légumes d'abord.

La moitié de l’assiette. Tous les guides pour manger sainement proposent que les légumes et les fruits représentent la plus grande proportion d’aliments que l’on consomme. Pour y arriver, il faut inverser le réflexe des légumes bons derniers au rang de l’accompagnement ou comme la recette en extra à cuisiner. C’est beaucoup plus facile quand ce sont eux qui guident la recette, plutôt que la protéine ou le féculent. C’est pourquoi toutes les recettes sur Science & Fourchette sont basées sur les végétaux. Même notre moteur de recherche a été conçu pour chercher une recette à partir d’un ingrédient végétal. C’est génial!

2. préparé d'avance.

S’arrêter et planifier. Ça a l’air simple dit ainsi, mais c’est loin de l’être. Avant tout, il faut savoir que la planification peut prendre bien des formes et que ça peut être très simple à très complexe. Au départ, ça peut être de se faire un plan des repas de la semaine, doubler une recette pour se faire des restants ou partir à l’épicerie avec une liste d’achat à faire. Pour les initiés, la planification peut aller encore plus loin, comme de préparer à l’avance une partie des repas de la semaine pendant le weekend. Peu importe la forme, planifier est une action qui nous guide dans nos achats alimentaires et nous permet notamment d’avoir un regard critique sur la provenance des aliments que l’on consomme.

3. de plus en plus végé

L’idée de manger végé (ou moins de viande) est un sujet d’actualité. Comme société, on souhaite collectivement faire un effort afin de réduire notre consommation de viande pour l’environnement et la planète. Tout ça, ça passe obligatoirement par la découverte de nouveaux ingrédients végétaux et par apprivoiser de nouvelles façons de les intégrer à nos recettes. Un petit pas à la fois, on vous présente plusieurs options qui vous aideront – à votre rythme – à mettre plus de végétaux dans vos assiettes et à découvrir le plaisir de les cuisiner. Sans essayer de devenir végétarien du jour au lendemain!

 

4. au centre de la table.

Manger c’est fait pour socialiser. Pas pour être toujours en train de se lever! Sur Science & Fourchette, on vous propose de déposer tous les éléments du repas au centre de la table plutôt qu’en portion dans des assiettes. D’un côté, ça peut faire partie d’une première étape vers l’apprentissage d’un nouvel aliment chez un enfant ou d’une nouvelle recette moins familière chez un adulte: on la regarde, on la touche, on la sent, on observe les autres la manger et on a envie d’y goûter! On introduit la notion de partage et on stimule les discussions à table. De plus, ça nous oblige à nous rapprocher de nos signaux de faim et de satiété puisqu’on mange les quantités qui comblent nos besoins (et on peut se resservir au besoin!).

5. manger avec bienveillance.

Manger, c’est faire de notre mieux, sans pression ni obligation, et sans viser la perfection! Et surtout, sans perdre de vue le plaisir de manger. Il faut adopter une façon de manger qui est adaptée à notre quotidien plutôt que de chercher toute sorte de façons d’adapter nos vies à une nouvelle façon de manger. Pour cela, il faut s’éloigner du nouveau régime à la mode et de la culture des diètes. On apprend plutôt à être conscients de ses habitudes alimentaires, à faire des choix éclairés et à remarquer quand on a faim et quand on est rassasié. On affirme son indépendance face à ce qu’on met dans son assiette!

Références

Mozzaffarian D el al. Dietary Guidelines in 21st Century: a time for food. JAMA 2010; Suppl 1(304): 681-682.

Tribole E. and Resch E. Intuitive Eating, 4th Edition: A Revolutionary Anti-Diet Approach. St. Martin’s Essentials, 2020.

Scrinis, G. Nutritionism: the Science and Politics of Dietary Advice. New York: Columbia University Press, 2013.

Organisation mondiale de la santé. Stratégie mondiale pour l’alimentation, l’exercice physique et la santé. 2004 [En ligne] (page consultée le 20 septembre 2017).

Harvard School of Public Health. L’Assiette Santé (French-Canada). 2014 [En ligne] (page consultée le 25 septembre 2017).

Ministre of Health of Brazil. Dietary Guidelines for the Brazilian Population. 2014 [En ligne] (page consultée le 26 septembre 2017).

World health organization. Diet, nutrition and the prevention of chronic diseases: report of a Joint WHO/FAO Expert Consultation. Geneva, 2003. (Technical Report, 916).

World health organization; Food and agriculture organization of the United Nations. Preparation and use of food- based dietary guidelines: report of a joint FAO/WHO consultation, Nicosia, Cyprus. Geneva, 1996.

Sofi F et al. Accruing evidence on benefits of adherence to the Mediterranean diet on health: an updated systematic review and meta-analysis. Am J Clin Nutr 2010;92: 1189-1196.

Kastorini C-M. et al. The effect of Mediterranean diet on metabolic syndrome and its components. J Am Coll Cardiol 2011;57(11):1299-1313.

Moodie R. et al. Profits and pandemics: Prevention of harmful effects of tobacco, alcohol, and ultra-processed food and drink industries. The Lancet 2013; 381(9867): 670-679.

Stroebele N et al. Effect of ambience on food intake and food choice. Nutrition 2004; suppl1(20):821-838.