cuisiner à partir des légumes.

Manger santé, ce n’est pas compliqué. Comme nutritionniste et docteure en pharmacie, je suis à même de constater que les messages en nutrition sont souvent contradictoires, qu’il est difficile de démêler le vrai du faux et de savoir ce qui est important pour s’alimenter sainement. C’est pourquoi j’ai développé cette nouvelle façon de penser et de manger, en cuisinant à partir des légumes (ou des fruits).

C’est en recoupant plusieurs études et en faisant une revue de la littérature scientifique que j’ai dégagé les similitudes des grands modèles de saine alimentation. Ma conclusion: il faut manger une variété d’aliments, principalement des végétaux (fruits, légumes, légumineuses, grains entiers) et on opte pour l’eau (qui est gratuite). Je sais que mon message n’est pas « sexy » et sensationnel, mais c’est celui qui est le plus juste et le plus efficace.

Pour y arriver facilement et simplement, je vous propose de choisir vos légumes en premier et le reste des aliments sont considérés comme des accompagnements. Oui! La viande et les féculents sont maintenant des accompagnements!

Changer ses habitudes demande toujours un peu de temps. C’est normal et il faut accepter d’être patient avec soi. Mais cuisiner à partir des légumes reste beaucoup plus simple que d’exclure plein d’aliments et beaucoup moins cher que de consommer la plupart des aliments à la mode (jus verts, superaliments ou autres produits de ce genre).

Je vous invite à cuisiner et à manger en famille les recettes que je cuisine au quotidien, qui sont toutes basées sur cette approche.


1. Les légumes en premier

Dorénavant, on choisit nos légumes en premier quand on se pose la question « Qu’est-ce qu’on va manger ? ». Ils ne sont plus bons derniers au rang de l’accompagnement ou comme la recette en extra à cuisiner. Les légumes sont maintenant les grandes vedettes de notre assiette. D’ailleurs, la moitié de ce qu’on mange pendant un repas devrait être constitué de légumes et de fruits.

Oui! Manger des spaghettis devient manger du brocoli (avec des spaghettis!).

2. Les aliments protéinés en accompagnement

Que l’on soit végétarien un peu, beaucoup ou pas du tout, on donne aux aliments protéinés la place qu’ils méritent vraiment, soit celle de l’accompagnement. Ils sont l’acteur de soutien de nos légumes et fruits, avec comme objectif premier de les faire briller dans toute leur splendeur.

On salue au passage ces aliments favorisant la satiété! Indispensable à tous nos repas, nos aliments protéinés nous permettront de nous sentir rassasiés jusqu’au prochain repas!

3. Cuisiner du plaisir

Qu’on ait seulement 15 minutes ou toute une soirée, on prend le temps de cuisiner. On choisit sous quelle forme il nous fera plaisir de manger nos beaux végétaux. Amateurs de plats de pâtes, de quiches, de riz, de tacos, de salades vitaminées ou de bol-repas, la seule limite à l’éventail des possibilités sera votre imagination.

Et c’est ici que les grains entiers viendront « jazzer » notre assiette!

4. Cuisiner une fois, obtenir deux repas

C’est pourquoi doubler ses recettes (et surtout les quantités de légumes) est un investissement de temps judicieux. Par exemple, un « extra » de légumes grillé peut facilement se retrouver dans un plat de pâtes ou dans un sandwich le lendemain.

On congèle les portions supplémentaires ou on utilise les restants afin d’alléger la préparation des autres repas de la semaine. Ce n’est pas long et c’est fort pratique!

5. Prendre conscience de la façon dont on mange

« Out » les chiffres, les calories, les portions, les « bons », les « mauvais » aliments et les nutriments. Manger, c’est plus que ce qu’il y a dans notre assiette. C’est aussi le plaisir que ça procure, la raison, les traditions, notre culture, l’environnement et le pourquoi on mange. On prend le temps de manger quand on a faim, on déguste notre repas et on arrête de manger lorsqu’on se sent rassasié. On adopte une attitude anti-régime et on fait confiance à nos signaux de faim et de satiété.

Manger, déguster et partager un repas avec ceux qu’on aime est l’un des plus grands plaisirs de la vie! Qu’on se le tienne pour dit.

Références

Mozzaffarian D el al. Dietary Guidelines in 21st Century: a time for food. JAMA 2010; Suppl 1(304): 681-682.

Scrinis, G. Nutritionism: the Science and Politics of Dietary Advice. New York: Columbia University Press, 2013.

Food and Agriculture Organization of the United Nations. Sustainable diets and biodiversity: directions and solutions for policy, research and action. Rome, 2010.

Organisation mondiale de la santé. Stratégie mondiale pour l’alimentation, l’exercice physique et la santé. 2004 [En ligne] (page consultée le 20 septembre 2017).

Harvard School of Public Health. L’Assiette Santé (French-Canada). 2014 [En ligne] (page consultée le 25 septembre 2017).

Ministre of Health of Brazil. Dietary Guidelines for the Brazilian Population. 2014 [En ligne] (page consultée le 26 septembre 2017).

World health organization. Diet, nutrition and the prevention of chronic diseases: report of a Joint WHO/FAO Expert Consultation. Geneva, 2003. (Technical Report, 916).

World health organization; Food and agriculture organization of the United Nations. Preparation and use of food- based dietary guidelines: report of a joint FAO/WHO consultation, Nicosia, Cyprus. Geneva, 1996.

Sofi F et al. Accruing evidence on benefits of adherence to the Mediterranean diet on health: an updated systematic review and meta-analysis. Am J Clin Nutr 2010;92: 1189-1196.

Kastorini C-M. et al. The effect of Mediterranean diet on metabolic syndrome and its components. J Am Coll Cardiol 2011;57(11):1299-1313.

Moodie R. et al. Profits and pandemics: Prevention of harmful effects of tobacco, alcohol, and ultra-processed food and drink industries. The Lancet 2013; 381(9867): 670-679.

Stroebele N et al. Effect of ambience on food intake and food choice. Nutrition 2004; suppl1(20):821-838.