mon approche.

L’objectif derrière cette approche est qu’on parvienne tous à se créer des repas équilibrés (et délicieux!) très facilement. Si on souhaite manger plus de légumes et adopter progressivement une alimentation végétale – pour notre santé ou celle de notre planète -, cette façon de manger vous guidera vers l’atteinte de votre but.

Derrière mon approche, j’ai aussi à coeur l’aspect social entourant l’acte de manger. Notamment de cuisiner plus souvent, de savourer nos aliments et de retirer du plaisir à manger et à partager nos repas en bonne compagnie.

Voici comment mettre en pratique mon approche, basée sur la science et surtout, le gros bon sens. J’espère qu’elle vous aidera à modifier votre façon de manger tout en flexibilité et en douceur (et simplifiera par le fait même la façon dont vous cuisinez vos repas!).


1. les légumes d'abord.

Lorsque je planifie ce que je vais cuisiner, j’aime d’abord sélectionner les légumes. Ce sont eux qui vont guider ma recette plutôt que la protéine ou le féculent. Je vous suggère d’inverser le réflexe des légumes bons derniers au rang de l’accompagnement ou comme la recette en extra à cuisiner. On prend l’habitude de cuisiner à partir d’un légume qu’on trouve dans notre frigo ou qui nous fait de l’oeil au marché et d’ensuite trouver une recette qui nous inspire. De cette manière, ça permet de manger local au fil des saisons et de faire des économies. Ça donne aussi une toute nouvelle perspective à son alimentation.

2. manger presque végé

Que l’on mange « végé » un peu, beaucoup ou pas du tout, on donne aux aliments protéinés la place qu’ils méritent vraiment dans notre assiette, soit celle d’accompagnement. Sur Science & Fourchette, je vous propose des recettes simples et rapides à cuisiner à partir des légumes et qui vont vous guider pour réduire progressivement votre consommation de viande (sans essayer de vous faire devenir végétarien du jour au lendemain). Un petit pas à la fois, je vous donne des options qui vous aideront graduellement à mettre plus de végétaux dans vos assiettes et à de découvrir le plaisir de les cuisiner.

 

3. préparé d'avance.

Planifier, c’est comme de la magie pour se simplifier la vie. Je ne passe pas une semaine sans me faire un plan des repas de la semaine. Je vous invite à doubler vos recettes (et surtout les quantités de légumes) puisque c’est un investissement de temps judicieux. Par exemple, un « extra » de légumes grillé peut facilement se retrouver dans un plat de pâtes ou dans un sandwich le lendemain. Et quand on fait des muffins, c’est presque criminel de ne pas en faire 24 à la fois et d’en congeler les portions supplémentaires. C’est une habitude à prendre qui n’est pas difficile et c’est fort pratique!

3. du plaisir à cuisiner.

Qu’on ait seulement 15 minutes ou toute une soirée, on prend le temps de cuisiner. On choisit sous quelle forme il nous fera plaisir de manger nos beaux végétaux. Amateurs de plats de pâtes, de quiches, de riz, de tacos, de salades vitaminées ou de bol-repas, la seule limite à l’éventail des possibilités sera votre imagination.

Et c’est ici que les grains entiers viendront « jazzer » notre assiette!

5. rejeter la mentalité des diètes.

On se débarrasse de ses livres de diètes et des articles faisant la promotion de faux espoirs de perte de pois rapide, facile et permanente. On prend les moyens pour développer une relation saine avec les aliments pour de bon. « Out » les chiffres, les calories, les portions, les « bons », les « mauvais » aliments et les nutriments. On adopte une attitude anti diète, on apprend à être conscients de ses habitudes alimentaires, à prendre le temps de manger et à remarquer quand on a faim et quand on est rassasié.

Références

Mozzaffarian D el al. Dietary Guidelines in 21st Century: a time for food. JAMA 2010; Suppl 1(304): 681-682.

Tribole E. and Resch E. Intuitive Eating, 4th Edition: A Revolutionary Anti-Diet Approach. St. Martin’s Essentials, 2020.

Scrinis, G. Nutritionism: the Science and Politics of Dietary Advice. New York: Columbia University Press, 2013.

Organisation mondiale de la santé. Stratégie mondiale pour l’alimentation, l’exercice physique et la santé. 2004 [En ligne] (page consultée le 20 septembre 2017).

Harvard School of Public Health. L’Assiette Santé (French-Canada). 2014 [En ligne] (page consultée le 25 septembre 2017).

Ministre of Health of Brazil. Dietary Guidelines for the Brazilian Population. 2014 [En ligne] (page consultée le 26 septembre 2017).

World health organization. Diet, nutrition and the prevention of chronic diseases: report of a Joint WHO/FAO Expert Consultation. Geneva, 2003. (Technical Report, 916).

World health organization; Food and agriculture organization of the United Nations. Preparation and use of food- based dietary guidelines: report of a joint FAO/WHO consultation, Nicosia, Cyprus. Geneva, 1996.

Sofi F et al. Accruing evidence on benefits of adherence to the Mediterranean diet on health: an updated systematic review and meta-analysis. Am J Clin Nutr 2010;92: 1189-1196.

Kastorini C-M. et al. The effect of Mediterranean diet on metabolic syndrome and its components. J Am Coll Cardiol 2011;57(11):1299-1313.

Moodie R. et al. Profits and pandemics: Prevention of harmful effects of tobacco, alcohol, and ultra-processed food and drink industries. The Lancet 2013; 381(9867): 670-679.

Stroebele N et al. Effect of ambience on food intake and food choice. Nutrition 2004; suppl1(20):821-838.